La nature me ressource

Mes choix de matières, de motifs, de couleurs sont directement inspirés par des temps de contemplation passés surtout dans la montagne, puisqu'elle m'entoure au quotidien. Elle n'a pas son pareil pour me faire ressentir une douce mélancolie intérieure et la discrète élégance du temps qui passe. 

J'adore y observer aussi des détails de végétations, l'opulence d'un massif de glycines, d'une touffe d'herbe au printemps, un fouillis de branches séchées en été, pour traduire le natté d'une trame textile.

Le Japon me passionne

Le kimono obi, cette pièce quasi théâtrale, les arts appliqués, la philosophie zen, wabi-sabi..

Toute cette cette culture insulaire et lointaine, subtile et authentique, avec une symbolique omniprésente me transporte dans un autre temps où la lenteur fait toujours son éloge.

Le Japonisme me nourrit

Cette époque représente pour moi une source infinie pour me réinventer, nourrir mon âme, mes sentiments et ma création.

Ce nouveau courant artistique de la fin du XIXe siècle, directement inspiré par la découverte des estampes japonaises, replace la féminité dans l'élément naturel, tout en cherchant à traduire l'intériorité de la psyché humaine.

Il s'exprime dans cette période une forte volonté de s'éloigner de la réalité pour une vision plus positive et joyeuse, avec pour seul but d'embellir la vie. On retrouvera Paul Poiret dans la mode, les Nabis dans la peinture, Eric Satie dans la musique...

Eizan Kikukawa (1787-1867), Belles Femmes devant la boutique Matsuzakaya, impression polychrome nishiki-e, triptyque, 1813-1814